Fermer
Sites Pasteur et Pasteur 2 :
39 Avenue de la Liberté,
68024 Colmar
Site du Centre pour
personnes âgées :
122 rue du Logelbach,
68000 Colmar
Centre de formation des
professions paramédicales :
20 rue du Dr Paul Betz,
68024 Colmar
Contactez-nous
Menu
Sites Pasteur et Pasteur 2 :
39 Avenue de la Liberté,
68024 Colmar
Site du Centre pour
personnes âgées :
122 rue du Logelbach,
68000 Colmar
Centre de formation des
professions paramédicales :
20 rue du Dr Paul Betz,
68024 Colmar
03 89 12 40 00
Contactez-nous

Urgences adultes

Retour

Le Service d’Accueil des Urgences ou SAU des Hôpitaux Civils de Colmar accueille et prend en charge tout patient adulte dont l’état requiert de façon urgente des soins médicaux et de réanimation.

Il est situé au rez-de-chaussée du bâtiment 39 du site Pasteur.

Son activité se décompose en plusieurs secteurs :

  • Urgences traumatologiques

Nous accueillons tous les traumatismes, bénins ou graves, nécessitant des gestes d’urgence dans leur prise en charge : réduction, alignement, imagerie, immobilisation, prise en charge chirurgicale, suture, etc.

Une salle d’accueil des urgences vitales complète ce secteur, pour la prise en charge des patients les plus gravement atteints, polytraumatisés.

  • Urgences médicales

Nous prenons en charge les pathologies somatiques non traumatiques.

Une salle d’accueil des urgences vitales complète également ce secteur, pour la prise en charge des patients en état de choc ou dont l’état peut rapidement se dégrader.

  • Urgences psychiatriques

Un infirmier à compétence psychiatrique est présent 24h sur 24.

Une unité d’hospitalisation dite de 72 heures apporte la possibilité de maintenir sous surveillance durant quelques jours les patients en ayant le plus besoin.

  • Urgences ophtalmologiques

Un ophtalmologue est présent en journée 7 jours sur 7, de 9h à 12h et de 15h à 18h.

  • Unité d’Hospitalisation de Courte Durée (UHCD)

Nous disposons de 15 lits pour accueillir les patients relevant d’une surveillance de quelques heures ou d’une nuit, ou nécessitant un bilan complémentaire accru.

La durée d’hospitalisation dans ce secteur est en règle générale de moins de 24 heures.

  • Structure Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR)

Le SMUR fonctionne avec 2 équipes composées d’un médecin urgentiste, d’un infirmier et d’un ambulancier.

Le SMUR dispose de 3 véhicules ; deux véhicules médicalisés légers ne permettant pas le transport d’un patient et 1 ambulance lourde de réanimation.

Les interventions sont déclenchées sur décision du SAMU 68 – Centre 15, basé à Mulhouse.

Les missions des urgences adultes sont d’assurer 24h/24, tous les jours de l’année, l’accueil et le traitement des urgences mais également de participer à la couverture médicale préventive des grands rassemblements de population, et à la mise en œuvre des plans relatifs à la sécurité civile. A ce titre, le service dispose d’une cellule NRBC active, organisée autour d’un médecin référent “situations sanitaires exceptionnelles”.

Pour en savoir plus sur le service des urgences adultes.

Ce service est intégré au Pôle Urgences Pasteur, qui regroupe les activités du service des urgences, de l’UHCD, du SMUR, auxquelles s’ajoutent les activités de Coordination Hospitalière de prélèvement d’Organes et de Tissus, et celles de l’Unité Sanitaire en Milieu pénitentiaire de la Maison Centrale d’Ensisheim. L’organigramme du pôle prévoit un médecin-chef de Pôle, un cadre supérieur de Pôle, un cadre de santé et un médecin-chef de Service pour le service des urgences adultes, un médecin référent pour chaque unité fonctionnelle, des infirmiers référents aux urgences (accueil, gypsothérapie, NRBC, etc.), des infirmiers diplômés d’État, des aides-soignants, des agents d’accueil, une monitrice hôtelière, des agents de service hospitaliers.

Foire Aux Questions

Les temps d’attente sont-ils prévisibles ?

La structure d’accueil des urgences accueille tous les patients se présentant spontanément ou adressés par son médecin-traitant, quelle que soit la pathologie posée, sa gravité et son stade d’évolution. Du fait de cette diversité, la prise en charge peut comporter, en plus de l’examen clinique, la prescription d’examens de laboratoires ou de radiologie. Ces examens réalisés, il sera nécessaire d’attendre leurs résultats. Cette attente est variable en fonction de l’examen demandé, de la disponibilité des appareils ou des praticiens spécialistes devant les réaliser.

A titre d’information, les résultats d’une prise de sang sont obtenus entre 30 et 60 minutes, une radiographie simple entre 15 et 40 minutes, une échographie entre 15 et 120 minutes, un scanner ou une IRM entre 15 et 120 minutes selon le degré d’urgence.

Est-ce que je peux être réorienté ?

Oui, afin de vous éviter une attente inutile, il est possible que vous soyez réorienté pour des pathologies non urgentes.

Si votre problème de santé ne relève pas d’une prise en charge aux urgences, vous pouvez être réorienté vers une autre réponse médicale (policliniques, médecin traitant, médecin généraliste de garde, centre de soins non programmés, etc.).

Ainsi les locaux du service des urgences accueillent la Maison Médicale de Garde, où exerce un médecin généraliste en soirée 7 jours sur 7 de 20h à 23h, ainsi que le samedi de 16h à 18h et le dimanche de 9h à 12h, et de 16h à 18h.

Faut-il passer par mon médecin-traitant habituel pour venir aux urgences ?

Toute personne se présentant à la structure d’accueil des urgences sera accueillie. Une analyse de la pathologie présentée, de sa gravité potentielle, de son degré d’urgence médicale sera effectuée par un praticien rompu à la médecine d’urgence. Cependant, il est clair que pour bon nombre de pathologies courantes, le passage chez votre médecin-traitant suffira à votre prise en charge et vous évitera une attente longue aux urgences, les patients étant vus par ordre de priorité en fonction de la maladie présente.

Le passage chez votre médecin-traitant peut aussi permettre de vous proposer une filière de prise en charge avec un accès direct dans les services d’hospitalisation ou une consultation rapprochée chez un spécialiste. Chaque service d’hospitalisation est effectivement en capacité d’accueillir et d’admettre des patients, en fonction de la pathologie présentée, de l’état clinique du patient, du degré d’urgence et de la disponibilité des lits. Cependant, une hospitalisation directe doit être préparée, programmée et elle ne peut être organisée d’une façon efficiente qu’après accord entre votre médecin-traitant et le spécialiste du service concerné, ou lors d’une admission qui suit une consultation spécialisée.

Pourquoi les ambulances, les pompiers ou d’autres personnes arrivées après moi passent-elles avant ?

L’ordre de passage est basé sur le niveau d’urgence et pas selon l’ordre d’arrivée.

Plus votre attente est longue, moins votre état de santé est évalué comme grave.

La structure d’accueil des urgences accueille tout type d’urgence, de tout niveau de gravité, et arrivant par tous les moyens possibles. Lors de l’arrivée d’un hélicoptère sanitaire, il est de notre devoir de libérer au plus vite l’équipage afin qu’il soit à nouveau opérationnel dans les plus brefs délais, dans l’hypothèse d’une nouvelle intervention. Il en est de même pour les autres moyens sanitaires (véhicules SMUR, ambulances privées, véhicules pompiers, etc.) qu’il convient de libérer au plus tôt. Cependant, quel que soit le moyen de locomotion, l’installation et la mise en salle d’examen ne se fera qu’en fonction de la pathologie supposée ou présente, et de la classification effectuée systématiquement par l’Infirmier Organisateur de l’Accueil (IOA).

Seule la gravité estimée du patient change l’ordre de prise en charge, pas le moyen par lequel il arrive.

Est-ce que je serai examiné par un médecin ?

Les praticiens du Pôle Urgences Pasteur sont des médecins formés, spécialistes de l’urgence. Leur polyvalence leur permet de prendre en charge les pathologies médicales, les pathologies chirurgicales ou traumatologiques, de médicaliser les véhicules du SMUR, et de s’occuper des lits d’UHCD. La multiplicité des sites ainsi que le flux des patients ne permet pas, dans les situations d’urgence, de choisir le praticien qui s’occupera de vous. La prise en charge pourra être réalisée par un praticien urgentiste senior ou par un interne en formation de médecine d’urgence ou de médecine générale sous la supervision rapprochée d’un praticien urgentiste senior. Ces médecins pourront être assistés par un étudiant en deuxième cycle d’études médicales.

Cependant, si un problème devait survenir lors de votre prise en charge, l’équipe d’encadrement est à votre disposition pour vous aider.

Comment créer mon dossier à l’accueil ?

Tout passage par la Structure d’Accueil des Urgences fait l’objet d’une création d’un dossier patient. Ce dossier permet de donner un numéro d’identité permanent ou NIP. Ce numéro d’identification unique est en lien avec tous les supports périphériques qui servent à votre prise en charge : lecture des résultats biologiques, examens radiologiques, facturation, restauration, etc.

Les pièces suivantes vous seront demandées :

  • un courrier ou tout document émanant du médecin qui vous adresse aux
    urgences
    . Il permet une continuité dans votre prise en charge, et limite les pertes
    d’informations ;
  • pour votre sécurité, il vous est demandé une pièce d’identité afin de vérifier et
    votre identité exacte et son adéquation avec la carte vitale qu’il nous faut présenter
    également ;
  • si vous êtes porteur d’une Affection de Longue Durée ou ALD, vous devez être en
    mesure de présenter l’attestation accompagnant votre carte vitale qui précise les
    conditions exactes de prise en charge par votre organisme d’affiliation. En l’absence
    de cette attestation, la relation de causalité de votre passage et de votre ALD ne
    pourra être établie.
Quel est le rôle de l’Infirmier Organisateur de l’Accueil ou IOA ?

Les rôles de l’IOA sont nombreux et complexes :

  • accueil de tout patient,
  • interface entre la zone de soins et la salle d’attente,
  • gestion de la salle d’attente,
  • classification des pathologies et priorisation des prises en charge,
  • installation en fonction de la priorisation des patients,
  • prise des constantes initiales,
  • mise en place d’immobilisation de fractures périphériques,
  • administration d’antalgiques sur protocole,
  • gestion des appels téléphoniques médicaux,
  • suivi des patients non installés et présents en attente,
  • suivi de la classification et de la priorisation qui peuvent se modifier au décours
    de la présence aux urgences, etc.

Les actes de soins plus complexes se doivent d’être réalisés dans les zones de soins.

Chaque patient admis au sein du service des urgences est donc enregistré auprès de l’IOA. Ce passage permet de prioriser la prise en charge en fonction de critères médicaux, mais ne préjuge en rien du moyen de transport utilisé. L’installation des patients répond à des critères de gravité, bien codifiés. Si un patient est installé avant un autre, c’est qu’il présente une pathologie de gravité plus importante, dont l’évolution peut être rapide ou dont la prise en charge nécessite des soins immédiats.

Comment va se dérouler ma prise en charge ?

Après la réalisation du dossier d’accueil et votre évaluation par l’infirmier organisateur de l’accueil, votre prise en charge peut comporter, outre l’examen clinique par un médecin, des examens complémentaires (prise de sang, ECG, radiographies, échographie, scanner, IRM, avis spécialisés, etc.). Il sera nécessaire d’attendre les résultats de ces examens, chaque examen pouvant prendre 60 à 120 minutes. Certains de ces délais peuvent se cumuler, la réalisation d’examens complémentaires dépendant des résultats des examens antérieurs.

Une fois ces éléments obtenus, il vous sera proposé en fonction de votre situation soit de rentrer à domicile sous la surveillance de votre médecin traitant habituel, soit d’être hospitalisé à l’hôpital ou dans un autre établissement.

La structure d’accueil des urgences constitue l’interface entre les urgences et les services conventionnels d’hospitalisation. Si une surveillance accrue est possible aux urgences ou en Unité d’Hospitalisation de Courte Durée, le transfert vers une unité d’hospitalisation ne pourra se faire en toute sécurité, qu’une fois tous les critères de gravité potentielle éliminés, raison pour laquelle l’examen est souvent complété par des analyses biologiques ou des examens d’imagerie, dont la plupart des résultats doivent être obtenus avant tout transfert.

Est-ce que je vais rester dans la même salle d’examen tout au long de ma prise en charge ?

Les salles d’examens sont limitées en nombre. Afin d’assurer une prise en charge adéquate dans les meilleurs délais pour un maximum de patients dans un temps le plus restreint possible, nous ne pouvons bloquer de manière non justifiée par l’état clinique du patient une salle, raison pour laquelle il est nécessaire d’effectuer des rotations avec les autres patients présents. C’est ainsi que les patients en attente de résultats sont installés dans des zones spécifiques afin de libérer les salles d’examen.

Toutes les salles n’ont pas les mêmes fonctions ! En cas de traumatologie de membre, une première installation sera faite chez l’infirmier organisateur de l’accueil, puis en salle d’examen de traumatologie, puis en salle de radiographie, puis en salle de plâtre si nécessaire.

Puis-je être accompagné par mes proches ou par un ami dans la zone de soins ?

Par définition, la zone de soins est réservée aux patients, à l’examen des patients, à la pratique des soins, et au conditionnement des patients. Les salles d’examen ne sont pas des salles d’attente. Le nombre de passages quotidiens, de l’ordre de 140 à 170 par jour, ne laisse pas la place à l’improvisation, et le travail des équipes médicales et paramédicales ne peut se faire qu’en flux tendu.

La présence de personnes supplémentaires dans la zone de soins ne pourra donc qu’interférer d’une manière négative sur ces éléments. C’est pourquoi l’ensemble du personnel du pôle s’efforcera, dans la mesure du possible, de vous informer au fur et à mesure du déroulement de la prise en charge de votre parent. Néanmoins, dans certaines situations, la famille peut être conviée à tenir compagnie au patient dans la zone de soins.

Comment obtenir des informations sur une prise en charge en cours ?

Le flux des patients, le nombre réduit de salles de soins, les délais d’obtention des analyses biologiques, des examens d’imagerie ou des avis spécialistes, obligent à recentrer l’activité des soignants sur le patient et sa prise en charge. Tout le personnel tant médical, paramédical ou administratif s’efforcera tout au long de la prise en charge de votre parent, de vous informer dans la mesure du possible et en fonction de l’activité en cours, de la progression et de l’évolution de la prise en charge de votre parent ou ami.

Nous vous demanderons également de n’avoir qu’un seul interlocuteur pour chaque patient, qui récupérera les informations sur votre proche et les transmettra au reste de la famille. Les soignants pourront ainsi se concentrer sur la prise en charge des malades plutôt que sur des appels téléphoniques répétés.

Puis-je téléphone pour savoir si un membre de mon entourage est actuellement aux urgences ?

L’identité de l’appelant ne pouvant être garantie, il ne sera pas possible de diffuser des informations sur une prise en charge effective ou non d’un patient, sur son état de santé ou la gravité éventuelle de la pathologie, afin d’éviter toute ambiguïté envers les usagers. Dans la mesure du possible, et a fortiori pour les patients mineurs, nous nous efforcerons de prévenir en fonction des éléments dont nous disposons, la famille des patients qui nous sont confiés. En l’absence de certitude de filiation ou de l’identité de l’interlocuteur, les renseignements ne seront donnés qu’avec parcimonie et resteront très généraux.

Pourquoi ne me sert-on pas de repas aux urgences ?

La structure d’accueil des urgences est une zone d’accueil, de tri et de soins pour l’ensemble des patients s’y présentant. La durée de séjour aux urgences est de quelques heures au maximum.
La priorité est donnée aux actes de soins, aux traitements contre la douleur, aux traitements d’urgence, à la réalisation de bilans nécessaires dans la démarche diagnostique ou thérapeutique, pour une prise en charge la plus rapide des patients. Tout le personnel du pôle s’efforce dans ses démarches, de tout mettre en œuvre afin de rendre le séjour des patients le plus confortable possible. Cependant, nous ne pourrons vous servir de repas tant que vous serez en zone de soins aigus.

Pourquoi me demande-t-on de reprendre les valises et affaires de mon parent alors qu’il va être hospitalisé ?

Une hospitalisation en urgence ne nécessite que peu d’affaires personnelles. Quelques affaires de toilette suffisent en général, au moins pour les 24 premières heures. Les transferts multiples possibles lors de la phase initiale de l’hospitalisation (mutations entre services, examens d’imagerie, etc.) sont autant de difficultés où le transfert d’effets personnels peut être limitant, avec un risque de perte possible non négligeable. Il sera toujours temps le lendemain ou le surlendemain d’apporter les effets personnels nécessaires en fonction de l’évolution ou du service spécialisé d’hospitalisation.

Les visites dans les services d’hospitalisation sont limitées : pourquoi ?

En fonction des conditions sanitaires, l’accès aux services d’hospitalisations peut être régulé. Chaque service peut adapter ses propres règles selon plusieurs critères.

L’unité d’hospitalisation de courte durée est une unité d’hospitalisation d’urgence, dont la durée de séjour est en règle générale inférieure à 24 heures. Cette unité de transit est spécialisée dans la prise en charge d’urgence des patients. Du fait de la multiplicité des pathologies admises, les visites ne peuvent être réalisées qu’après accord du praticien référent de l’unité. La gravité des patients admis justifie une restriction de visites accordée aux plus proches, dans la limite de 2 personnes simultanées, tout comme la préservation de nos plus jeunes.

Pourquoi faut-il attendre pour aller dans un service d’hospitalisation ?

Lorsque tous les examens urgents seront réalisés et interprétés, en cas de nécessité d’hospitalisation, un nouveau délai d’attente est probable. En effet l’organisation pavillonnaire de l’hôpital entraîne des durées de déplacement incompressibles, et les patients doivent être accompagnés lors de ces déplacements. La disponibilité en lits adaptés pourra également influer sur le temps passé au service des urgences.

Ai-je le droit de demander une ambulance pour mon retour à domicile ?

Un transport en ambulance, VSL ou taxi, ne pourra être remboursé par votre caisse primaire d’assurance maladie que si ce transport a fait l’objet d’une prescription médicale. Cette prescription de transport pour un retour à domicile n’est pas automatique, même si vous êtes arrivé aux urgences en ambulance. L’octroi d’un moyen de transport sanitaire ne correspond nullement à un droit systématique mais bien à une prestation médicale réfléchie et validée par la caisse d’assurance maladie.

A titre d’exemple, lors d’une consultation en externe aux urgences, le retour à domicile par un moyen sanitaire n’est remboursé que dans les cas d’accident du travail, ou d’affection de longue durée, sous réserve bien entendu que le motif de passage aux urgences soit en rapport avec l’accident de travail ou l’affection de longue durée.

Que faire si j’ai mal aux dents ?

Il n’y a pas de dentiste de garde à l’hôpital. Le seul créneau pour avoir un dentiste de garde est le dimanche matin, pour l’ensemble du Haut-Rhin. Les coordonnées sont disponibles auprès du SAMU 68-Centre 15.

-
+