Fermer
Faire un don
Pour patienter
Livrets d'accueil
Sites Pasteur et Pasteur 2 :
39 Avenue de la Liberté,
68024 Colmar
Site du Centre pour
personnes âgées :
122 rue du Logelbach,
68000 Colmar
Centre de formation des
professions paramédicales :
20 rue du Dr Paul Betz,
68024 Colmar
Contactez-nous
Menu

Spécialités de neurochirurgie

Retour

Si vous êtes patient ou proche, cette page vous aidera à comprendre les spécialités prises en charge par le service de neurochirurgie. Nous traitons : les tumeurs cérébrales, chirurgie du dos, neurochirurgie vasculaire, chirurgie des traumatismes crâniens, etc.

Photo de l'entrée de l'hôpital Pasteur de Colmar pour les patients.

Le service de neurochirurgie des Hôpitaux Civils de Colmar prend en charge les tumeurs cérébrales de l’adulte, à savoir :

  • Gliomes
  • Méningiomes
  • Métastases
  • Neurinomes
  • Tumeurs hypophysaires

L’ensemble des neurochirurgiens du service traitent en urgence ces tumeurs.

La filière de soins comprend des réunions hebdomadaires avec le Centre de Coordination en Cancérologie de Colmar. Ces réunions permettent de définir les meilleures prises en charge possibles en cas de lésions cancéreuses, en collaboration avec l’unité de neuro-oncologie du département de neurologie ainsi que le service de radiothérapie.

Comment adresser un patient au service de neurochirurgie ?

Vous êtes médecin et suivez un patient chez lequel on a diagnostiqué un gliome, méningiome, métastase, neurinome, ou une tumeur hypophysaire. A qui l’adresser ?

  • En cas d’urgence vitale ou relative : adressez-vous aux urgences des Hôpitaux Civils de Colmar ou des différents hôpitaux de la région qui contacteront un neurochirurgien de garde 24h/24h et 365 jours par an
  • Sans urgence immédiate : contactez le secrétariat du médecin avec qui vous souhaitez une consultation par courriel ou téléphone

Les affections du dos (ou pathologies du rachis) prises en charge dans le service de neurochirurgie sont de 4 ordres :

  1. Dégénératives (comme la hernie discale, le spondylolisthésis, le canal lombaire étroit, la myélopathie cervico-arthrosique…)
  2. Traumatiques (incluant parfois une atteinte médullaire) : traumatismes de la colonne vertébrale suite à une chute ou un accident de la circulation, par exemple
  3. Cancéreuses comme les tumeurs primitives (originaires de la colonne vertébrale) ou secondaires dont l’origine peut être d’un cancer situé ailleurs dans le corps (sein ou poumon par exemple)
  4. Infectieuses comme les spondylodiscites par exemple

Actuellement, tous nos neurochirurgiens sont capables de gérer aussi bien des pathologies rachidiennes traumatiques, oncologiques ou dégénératives classiques.

Grâce à une formation continue et des mises à niveau permanentes, toutes les techniques chirurgicales y compris les plus récentes sont actuellement développées et proposées aux Hôpitaux Civils de Colmar dans ce domaine. Ceci concerne en particulier les techniques visant à diminuer l’agression chirurgicale pour le patient (procédures mini-invasives, percutanées et endoscopiques).

Des fiches d’informations pour le patient ont été réalisées par la Société Française de Chirurgie Rachidienne pour les principales chirurgies du dos :

Les Hôpitaux Civils de Colmar prennent en charge les pathologies cérébrales et médullaires d’origine vasculaire. Le service de neurochirurgie prend aussi en charge les urgences neurochirurgicales vasculaires, après discussion avec nos collègues neuroradiologues interventionnels d’astreinte.

Principales pathologies prises en charge :

  • Anévrisme par voie endovasculaire ou chirurgicale
  • Malformations artério-veineuses cérébrales et médullaires, par voie endovasculaire, chirurgicale, combinée (embolisation puis chirurgie dans le même temps)
  • Chirurgie des cavernomes cérébraux et médullaires
  • Fistules durales intracrâniennes ou médullaires

Les patients pris en charge dans ce service pour ces pathologies vasculaires bénéficient d’un plateau technique moderne chirurgical et radiologique :

  • Microscope opératoire
  • Neuronavigation
  • Angiographie pré-opératoire au vert d’indocyanine
  • Salle opératoire d’angiologie dédiée à la neuroradiologie interventionnelle

Le service de neurochirurgie des Hôpitaux Civils de Colmar prend en charge les traumatismes crâniens, plus ou moins graves.

Après une prise en charge initiale, souvent par le SAMU et les services d’urgences, les patients sont transférés, selon leur état clinique :

  • Soit vers le service de Réanimation Chirurgicale Pôle 3 (1er étage, Bâtiment 74)
  • Soit vers le service de Neurochirurgie (1er et 2ème étages, Bâtiment 36)

Par son caractère souvent brutal, inattendu et dramatique, un traumatisme crânien est une épreuve bien sûr pour la personne touchée, mais aussi pour ses proches qui ont souvent beaucoup d’inquiétudes et de questions sur la prise en charge, le pronostic et les séquelles éventuelles.

Prise en charge

Si le patient est en coma du fait de son traumatisme crânien, la prise en charge peut être schématiquement décrite en 4 phases.

1 : la phase initiale

La phase initiale

Une opération en urgence au bloc de neurochirurgie peut être nécessaire chez certains patients, mais pas pour tous. Parallèlement, tout est mis en œuvre pour protéger son cerveau : ainsi, le patient sera mis sous anesthésie générale (sédation) avec des antalgiques. Il est sous respirateur artificiel. Différents capteurs ou appareils permettront d’ajuster les paramètres vitaux. C’est la phase cruciale de la prise en charge.

Après cette phase, plus ou moins longue (de 2 jours à une ou deux semaines), l’anesthésie générale va être progressivement arrêtée pour évaluer la qualité du réveil du patient. Ce « réveil » peut être de mauvaise qualité et le patient peut être de nouveau mis sous sédation pour quelque temps. Si le traumatisme engage le pronostic vital du patient, il est possible que l’équipe médicale vous demande si le patient avait exprimé un avis ou des directives anticipées en cas d’accident grave engageant sa vie relationnelle par la suite.

2 : la phase de réveil

La phase de réveil du patient

Le réveil d’un patient traumatisé crânien peut durer plusieurs jours et passer par différentes étapes progressives : ouverture des yeux, réponse aux ordres simples, mouvements désordonnés, etc. L’étape essentielle est que le patient soit capable de respirer tout seul, ce qui permet d’enlever le respirateur. On dit que le patient est « extubé ». À partir de là, il peut aussi essayer de vouloir parler. Certains actes de soins supplémentaires pourront être proposés pour avancer vers la phase de récupération. En particulier, la réalisation d’une trachéotomie* (le plus souvent transitoire), pour protéger les poumons des infections pulmonaires liées aux troubles de déglutition causés par le traumatisme. Également, une gastrostomie** pour alimentation par une sonde directement dans l’estomac (souvent transitoire), toujours dans le contexte de troubles de déglutition après un traumatisme crânien.

*La trachéotomie consiste à créer un petit orifice au niveau du cou afin de positionner une canule dans la trachée, en dessous des cordes vocales, permettant le passage de l’air vers les poumons.

**La gastrostomie consiste à placer un tube d’alimentation flexible à travers la paroi abdominale dans l’estomac. Elle permet de nourrir le patient en cas d’impossibilité d’alimentation par la bouche suffisante.

3 : la phase de récupération

La phase de récupération du patient

Une fois que le patient peut respirer seul et selon son état clinique, il pourra sortir du service de réanimation chirurgicale et aller dans le service de neurochirurgie. Cette étape est variable selon la gravité initiale du traumatisme. Si le traumatisme a été trop important, le patient aura besoin d’un centre d’éveil particulier pour lui permettre de retrouver une conscience adaptée.

D’une manière générale, la phase de récupération est marquée par une reprise des activités de la vie quotidienne (se lever, manger seul, soutenir une conversation adaptée). Beaucoup de situations différentes existent selon le traumatisme initial. La convalescence peut parfois durer des semaines ou des mois avec des troubles de l’humeur ou de la mémoire.

4 : la phase de rééducation

La phase de rééducation du patient

Le patient aura peut-être besoin d’un centre de rééducation. Ces centres très spécialisés sont rares en France. Ils permettent d’accompagner par des soins de kinésithérapie, d’orthophonie, d’ergonomie et médicaux un retour progressif à une vie relationnelle en fonction des séquelles qui existent ou non après un traumatisme crânien.

Causes et épidémiologie des traumatismes crâniens

Les traumatismes crâniens touchent des centaines de milliers de personnes chaque année. L’incidence annuelle calculée est de 281 personnes touchées pour 100 000 habitants, avec une prédominance 2 fois plus grande pour le sexe masculin.

Il y a deux grandes causes aux traumatismes crâniens :

  • Les accidents de la voie publique représentent en France la première cause de traumatisme crânien (60% des hospitalisations pour traumatisme crânien, et 70% des décès par traumatisme crânien), avec un pic de fréquence entre 15 et 30 ans
  • La deuxième cause recensée sont les chutes (30% des hospitalisations et 14% des décès), avec deux pics de fréquence, l’un avant 5 ans et l’autre après 70 ans. Parmi les facteurs de risque d’accident, l’alcoolisme aigu est un facteur favorisant autant les chutes que les accidents de la circulation

Le service de neurochirurgie des Hôpitaux Civils de Colmar prend en charge dans la phase aiguë certains accidents vasculaires cérébraux, communément appelés « AVC ».

Ces prises en charge se font en lien étroit avec nos collègues neurologues de l’unité de neurologie vasculaire du département de neurologie.

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Les AVC sont des complications soudaines amenant soit un arrêt de l’apport de sang (artère bouchée), soit une rupture d’un vaisseau sanguin (c’est alors une hémorragie cérébrale). Ces AVC sont fréquents dans la population générale et représentent la première cause d’invalidité, le plus souvent sous la forme de paralysie de la moitié du corps (hémiplégie) ou troubles de la parole, de la mémoire, etc.

Pourquoi un AVC peut-il nécessiter de la neurochirurgie ?

Parfois, lors de la phase aigüe d’un AVC, le ou la patient(e) entre dans le coma : il a besoin d’assistance respiratoire et d’être endormi (« mis sous sédation ») pour protéger son cerveau. Il va donc d’être intubé et aidé par un respirateur 24h/24h.

C’est durant cette période qu’il sera admis en Réanimation Chirurgicale Pôle 3 pour être pris en charge par les médecins réanimateurs de neurochirurgie qui ont une grande habitude de la prise en charge de patients comateux et atteints d’AVC.

Intervention chirurgicale, si nécessaire

Dans certains cas, les patients souffrant d’AVC nécessitent une opération en urgence qui sera pratiquée par un neurochirurgien. Il peut s’agir des interventions chirurgicales suivantes :

  • Pose d’un drain à l’intérieur de cavités remplies de liquide : c’est le « LCR » ou liquide céphalo-rachidien qui se trouve dans les ventricules cérébraux obstrués par l’AVC. L’intervention s’appelle une « dérivation ventriculaire externe »
  • Opération pour vider le caillot de sang (hématome cérébral) qui s’est formé à l’intérieur du cerveau. Le neurochirurgien fera une opération permettant de non seulement vider l’hématome, éviter la récidive et parfois trouver la cause du saignement
  • Craniectomie décompressive. Lorsque l’AVC provoque un gonflement du cerveau, la pression à l’intérieur du crâne va monter et mettre en danger vital le patient. Lors de cette intervention, le neurochirurgien enlèvera une partie de l’os du crâne, du côté de l’AVC, pour permettre au cerveau de ne pas s’abimer. Plus tard, ce morceau d’os ou une prothèse sera replacé lors d’une nouvelle intervention.

Parfois, pour différentes raisons, aucune intervention n’est possible ou souhaitable. Les patients sont alors pris en charge par assistance respiratoire seule. Dans tous les cas, l’ensemble des indications et de la prise en charge se discute en phase aigüe entre médecins neurologues, réanimateurs et neurochirurgiens.

Une fois la phase aigüe passée et les différents paramètres cérébraux stabilisés, les médecins réanimateurs pourront arrêter la sédation et évaluer le degré d’éveil du patient. Si le réveil est de bonne qualité, le patient pourra être « extubé » (on enlève le tuyau et le ventilateur qui lui permet de respirer). Il pourra être transféré en neurologie pour la poursuite de la prise en charge, du bilan post AVC et du suivi.

AVC et éducation thérapeutique du patient

Si vous-même ou un de vos proches a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) au cours des 12 derniers mois, vous pouvez bénéficier d’une consultation post-AVC mise en place par le service de Médecine Physique et de Réadaptation des Hôpitaux Civils de Colmar.

Elle permet :

  • De contrôler le bilan médical de l’AVC
  • De compléter le bilan si nécessaire
  • D’établir les besoins en rééducation
  • D’évaluer l’autonomie, d’ajuster les aides
  • De faire le point sur les dossiers sociaux

Définition

Les kystes de Tarlov, kystes méningés sacrés ou kystes péri-neuraux sont dus à une dilatation remplie de liquide céphalo-rachidien au niveau d’une racine nerveuse postérieure. Leur localisation est essentiellement lombo-sacrée. Ils sont retrouvés chez environ 5 % de la population générale. 1% seulement de ces kystes sont symptomatiques.

Les kystes de Tarlov sont découverts en très grande majorité de façon fortuite lors des IRM réalisées pour d’autres pathologies. En ce qui concerne les kystes de Tarlov symptomatiques, ils sont mis en évidence par l’IRM suite à la symptomatologie existante et dans le cadre du suivi institué. Seulement environ 1 kyste de Tarlov sur 5 pourrait entraîner des symptômes cliniquement significatifs. Ces kystes de Tarlov symptomatiques, doivent être différenciés des kystes de Tarlov asymptomatiques qui sont une variante anatomique de la normale.

Les symptômes rapportés sont principalement des douleurs radiculaires, des troubles de la sensibilité et/ou des troubles périnéaux (troubles urinaires à type de dysurie voire d’incontinence, troubles ano-rectaux à type de constipation, d’incontinence, troubles génito-sexuels), aggravés par la position debout. Les douleurs peuvent être de plusieurs types, lombaires, abdominales, péri-anales, pelviennes, périnéales, vaginales, testiculaires, péniennes, sacrées. Les troubles de la sensibilité peuvent être localisés au niveau pelvien, et/ou des membres inférieurs.

Prise en charge chirurgicale

La chirurgie des kystes de Tarlov se pratique dans le service de neurochirurgie des Hôpitaux Civils de Colmar. Les indications pour la chirurgie comprennent les douleurs pelviennes et les dysfonctionnements sphinctériens ou sexuels, les symptômes radiculaires sacrés et sacro-coccygiens médicalement réfractaires. C’est lors de la consultation que le chirurgien peut décider de la bonne indication du traitement chirurgical.

Bilan avant consultation

Différents examens sont à réaliser avant tout rendez-vous avec un neurochirurgien :  

  • Un électromyogramme périnéal
  • Une IRM lombo-sacrée avec coupes sagittales en séquences T1 et T2 STIR et des coupes axiales en séquence T2 de L5 au coccyx.

-
+